Les tendances du marché de l’emploi pour les cadres et les dirigeants en 2023.

Surmonter les difficultés de recrutement de cadres et des dirigeants en 2023 : une nécessité pour les entreprises

En ce début d’année 2023, le contexte actuel se reflète sur les enjeux de recrutement et notamment le marché de l’emploi pour les cadres et les dirigeants. Selon les analyses de l’Apec, l’Association pour l’emploi des cadres, sur les données de l’année 2022, les difficultés de recrutement sont en tête des problématiques, suivies de près par la question de l’employabilité des seniors et les attentes accrues en matière de rémunération et de qualité de vie au travail.

En 2022, le marché de l’emploi des cadres et des dirigeants a fait face à de grandes difficultés pour trouver des candidats, et selon une étude de l’Apec et de Pôle Emploi, cette tendance devrait se poursuivre en 2023. Pour autant, malgré ce contexte incertain et cette pénurie de candidat côté entreprise, le marché de l’emploi des « middle et des top managers » reste dynamique et favorable aux candidats, avec des intentions de recrutement toujours à un bon niveau. Face à ce constat, les entreprises vont devoir être plus offensives pour rechercher des candidats et surmonter ces difficultés de recrutement. On vous en dit plus sur les tendances de l’emploi des cadres et des dirigeants ci-dessous.

Des cadres et des dirigeants en position de force sur un marché confronté à une pénurie de talents

Depuis 2022, les entreprises se confrontent à une pénurie de candidats dans de nombreux métiers et dans toutes les catégories socioprofessionnelles, notamment les cadres et les dirigeants. Cependant, les chiffres de l’étude de l’Association pour l’emploi des cadres relativisent cette situation. En effet, cela ne signifie pas pour autant que tous les “middle et top manager” sont facilement recrutables. Les professionnels du recrutement constatent que les cadres et les dirigeants, étant en position de force sur un marché porteur, n’hésitent pas à démissionner ou à négocier une rupture conventionnelle pour obtenir un salaire plus attractif ou des conditions de travail améliorées. Cette catégorie socio-professionnelle est donc en position de force sur le marché de l’emploi 2023, et possède donc la capacité de négocier de meilleures conditions d’embauche, y compris un salaire attractif. 

En juin 2022, l’Apec constate que 485 000 cadres et dirigeants sont à la recherche d’un emploi, dont 36% étaient au chômage depuis plus d’un an. Cependant, les auteurs de l’étude ont relativisé ces chiffres en soulignant que 51% des cadres et dirigeants inscrits auprès de Pôle Emploi ont retrouvé un emploi dans les six mois, contre seulement 43% pour les autres catégories de salariés. En outre, 78% des cadres touchent une indemnité chômage plus élevée que la moyenne, d’environ 2 200€, contre 69% pour l’ensemble des demandeurs d’emploi.

Tendance marché emploi 20323 pour les cadres et les dirigeants - une manager qui consulte des CVs

Des perspectives d'emploi toujours élevées pour les cadres en 2023

Il est important de garder à l’esprit que ces difficultés de recrutement ne doivent pas être négligées. En effet, elles peuvent avoir des répercussions sur la charge de travail des équipes et peuvent occasionner un manque à gagner en termes de chiffre d’affaires, comme l’indique Pierre Lamblin, directeur des études de l’Apec. Les entreprises doivent donc s’adapter pour attirer et retenir les meilleurs candidats.

Face aux difficultés que le marché de l’emploi des cadres et des dirigeants rencontre, les entreprises doivent donc être plus offensives pour être en mesure de recruter les profils qualifiés pour répondre à leurs besoins en matière de développement et de croissance. Dans ce contexte, les cadres et dirigeants juniors et notamment seniors représentent une solution à ne pas négliger en 2023, pourtant souvent discriminés à l’embauche.

Les cadres et dirigeants séniors : un enjeu crucial du marché de l’emploi pour les entreprises en 2023

Malgré leur expertise et leur expérience, les cadres et dirigeants seniors rencontrent de grandes difficultés pour retrouver un emploi. Pourtant, ils représentent un véritable vivier de compétences pour les entreprises, favorisant une bonne cohabitation intergénérationnelle et le bon fonctionnement de l’intelligence collective. 

Les attentes des cadres et des dirigeants en matière de qualité de vie au travail

Malgré la faible croissance économique prévue pour 2023, le marché de l’emploi des cadres et des dirigeants devrait rester dynamique, avec une augmentation des intentions d’embauche dans plusieurs métiers porteurs. En 2022, la création nette d’emploi pour les cadres et les dirigeants s’élevait à plus de 80 000 postes. Pour calculer ce chiffre, l’Apec tient compte des sorties de postes, des départs à la retraite et des embauches et promotions internes.

Création nette de postes cadres en 2022

Pour parvenir à recruter, les entreprises doivent faire preuve d’une grande flexibilité et adapter leur stratégie de recrutement aux réalités du marché de l’emploi des cadres et des dirigeants.

Capitaliser sur les compétences des cadres et dirigeants séniors

En raison de la perception des cadres et des dirigeants séniors, ils sont souvent confrontés à des difficultés particulières en matière de réinsertion professionnelle. 

Cadre sénior assis dans son bureau

En effet, si les cadres sont moins touchés par le chômage que les non-cadres (4,1% de taux de chômage fin 2021 contre 7,9% au global), selon les données de l’Apec, les cadres les plus âgés connaissent plus de difficultés à se reclasser que leurs cadets. Pourtant, beaucoup de cadres séniors au chômage sont prêts à faire des concessions au cours de leur recherche d’emploi. 

En conséquence, 71% des seniors cadres sont en chômage de longue durée, et 62 % d’entre eux n’ont toujours pas retrouvé de travail après un an. L’emploi des seniors constitue un enjeu majeur à court et moyen terme pour les pouvoirs publics et les experts du RH.

Ainsi, l’Apec insiste sur l’importance du maintien en emploi des cadres et dirigeants seniors ou de leur recrutement lorsqu’ils sont demandeurs d’emploi. Malheureusement, trop peu d’entreprises ont mis en place une vraie politique en ce sens et un véritable accompagnement de réinsertion professionnelle. Face aux difficultés à trouver des experts qualifiés, il est donc crucial pour les recruteurs de changer le regard et les pratiques sur les seniors au travail, en privilégiant les compétences et l’expérience et en mettant en place des mesures adaptées à leurs besoins. 

Les cadres et les dirigeants séniors : une expertise discriminée

La discrimination liée à l’âge reste le frein majeur du retour à l’emploi des demandeurs d’emploi de cadres et de dirigeants de 55 ans et plus. Pour autant, d’autres difficultés viennent se rajouter. En effet, le départ de l’emploi précédent est souvent non anticipé et leur projet professionnel est d’autant plus complexe à construire que beaucoup occupaient leur poste depuis plus de dix ans. 

Les entreprises qui sauront être attentives à ces enjeux et mettre en place des dispositifs pour favoriser la réinsertion professionnelle des cadres et dirigeants seniors pourront capitaliser sur leur expertise et leur expérience. Cette réinsertion professionnelle des cadres séniors passent notamment par des mesures qui proposent des formations ou des bilans de compétences adaptés à leur profil pourraient permettre de les accompagner dans cette étape

En outre, dans un contexte de réforme de retraites et d’allongement de vie de travail, le maintien en emploi ainsi que la capitalisation sur les compétences des cadres et des dirigeants séniors, pourraient donc constituer une solution face aux nouveaux enjeux de recrutement rencontrés par les entreprisesEn somme, les cadres seniors représentent un enjeu crucial pour les entreprises en 2023. 

L’importance de retenir les cadres et les dirigeants pour les entreprises en 2023

Face à un contexte économique incertain, les cadres et les dirigeants manifestent leur inquiétude en matière de pouvoir d’achat. Cette préoccupation se reflète notamment sur les attentes des cadres et des dirigeants en matière de salaire. Les employeurs qui envisageront d’adapter leur politique de rémunération pour répondre à ces attentes des « middle et top managers«  auront plus de chance de retenir et, ou d’attirer les talents qualifiés.

L'enjeu majeur face au contexte d’inflation : l'adaptation des politiques de rémunération

Face à un contexte d’inflation, les cadres et dirigeants prennent conscience de la nécessité de protéger leur pouvoir d’achat. Les cadres de moins de 35 ans sont d’ailleurs ceux qui affichent la plus forte baisse de satisfaction (un chiffre record : 58%, -13 points VS mai 2022). L’inflation et le pouvoir d’achat posent fatalement la question des salaires, et les cadres comme tous les salariés n’échappent pas à ces préoccupations. Les candidats deviennent de plus en plus exigeants sur la rémunération, ce qui accentue les tensions de recrutement. Un enjeu de taille pour les employeurs, qui doivent à la fois recruter et fidéliser pour retenir les candidats qualifiésEn effet, retenir un profil qualifié permet d’éviter d’être de nouveau dans la boucle du processus de recrutement. Processus qui bien souvent prend du temps et de l’argent. 

Aujourd’hui, une nouvelle tendance se dessine pour les cadres : changer d’entreprise pour augmenter rapidement sa rémunération. Pour les employeurs, il devient donc primordial d’adapter leur politique de rémunération afin de les rendre plus attractives et compétitives pour satisfaire les attentes des cadres et des dirigeants en matière de pouvoir d’achat. Interrogés par l’Apec, 49% souhaitent augmenter leur rémunération (+13 points VS août 2021) alors même qu’ils sont 33% à ne pas se satisfaire de leur salaire actuel (+6 points VS mai 2022). L‘Association pour l’emploi des cadres constate aussi qu’en 2022, « la part des cadres augmentés n’a jamais été aussi élevée et elle devrait être supérieure au niveau record de 2018 (51%).»

En 2023, si l’inflation reste élevée, le nombre de cadres bénéficiant d’une augmentation salariale pourrait atteindre un nouveau record. Les entreprises doivent donc être attentives aux tendances du marché s’adpater afin de rester compétitives et attirer et fidéliser de nouveaux talents.

Les attentes des cadres et des dirigeants en matière de qualité de vie au travail

Dans un contexte de marché de l’emploi où le rapport de force est à l’avantage des candidats et des candidates, les entreprises se doivent d’être vigilantes à leurs attentes comme à leurs sources de démotivation pour sécuriser leur attractivité et les retenir. Ainsi, la qualité de travail (QVT) arrive en tête lorsque l’on évoque les aspirations professionnelles auprès des cadres et des dirigeants. C’est même le second critère, après la rémunération, qui caractérise le choix des cadres et des dirigeants pour sélectionner une entreprise. 

tendance emploi : femme télétravaillant sur son ordinateur portable
Les principaux critères liés à la qualité de vie de travail
Le télétravail

70% des sondés affirment que « cette forme d’organisation a une influence positive sur leur bien-être ».

Depuis la crise sanitaire de la covid19, le télétravail s’est généralisé. Une demande de plus en plus importantes auprès des cadres et des dirigeants. Le télétravail est devenu un élément essentiel au bien-être professionnel. L’Apec souligne que « les cadres sont attachés au salariat et investis dans leur travail mais s’affirment de plus en plus soucieux de leur équilibre de vie.». Et ajoute que « la part des cadres réticents à rejoindre une entreprise ne proposant pas de télétravail devrait continuer de progresser. Elle s’élevait à 53% fin 2022. ». Le nombre de talents peu enthousiaste à intégrer une entreprise qui n’autorise pas le télétravail est en augmentation (chiffre en progression de 6 points par rapport à 2021). Un tiers des entreprises sont désormais convaincus que « ne pas proposer de télétravail représente un obstacle à l’embauche de cadres » (+11 points sur un an). 

L'impact social ou environnemental

L’Apec souligne aussi que le décalage souvent existant entre la promesse faite à l’embauche ou le discours tenu sur la marque employeur et la réalité une fois en poste est un frein au maintien en poste du talent. Jusqu’à occasionner des démissions précoces. Fédérer les employés derrière une cause qui rassemble permet de retenir et d’empecher la fuite des candidats qualifiés. Ainsi, l’impact social ou environnemental de l’activité de l’entreprise prend une importance croissante.

Dans ce difficile contexte de recrutement de candidats pour les postes stratégiques, un grand nombre de cadres et de dirigeants peuvent se permettre de repousser certaines offres d’emplois, si ces dernières ne correspondent pas à leurs aspirations concernant la qualité de vie au travail.

Face au contexte économique actuel et aux difficultés de recrutement, les solutions existantes sont diverses, comme confier son recrutement à des spécialistes. Afin de trouver les profils qualifiés pour les postes stratégiques en entreprise, la méthode la plus efficace devient celle de l’Executive Search pour toucher et atteindre les candidats tant recherchés.

Un projet de recrutement?

Chez JL Executive, nous sommes déterminés à vous aider à trouver les meilleurs profils Executive pour votre entreprise.